Comment TikTok influence les jeunes électeurs français ?

TikTok Politique

TikTok a révolutionné notre manière de consommer du contenu. Ce réseau social, initialement perçu comme un simple divertissement pour les jeunes, est devenu un outil puissant pour influencer les opinions, y compris dans le domaine politique. 

En France, les militants de gauche prêts à tout pour percer sur TikTok, se sont emparés de cette plateforme pour séduire les jeunes électeurs avec des contenus attrayants, souvent inspirés de la culture K-pop. Mais cette stratégie est-elle efficace ? Et surtout, quelles en sont les conséquences pour le débat politique ? Plongeons dans l’univers fascinant de TikTok et son impact sur les jeunes électeurs français.

L’émergence des « edits » politiques

Depuis quelques jours, TikTok est envahi par une nouvelle tendance : les « edits » politiques. Ces courtes vidéos mettent en avant des moments charismatiques ou amusants des élus de gauche. Sébastien Delogu, Clémence Guetté, David Guiraud et Mélanie Vogel sont quelques-unes des figures mises en lumière. Cette approche, empruntée aux fans de K-pop, magnifie les personnalités politiques à travers des extraits courts, agrémentés de filtres et de musiques entraînantes.

Une stratégie de séduction numérique

Pour Gabriel, un jeune militant de gauche, ce phénomène n’est pas une simple anecdote. À 20 ans, il a lancé un compte TikTok au lendemain de l’annonce des législatives anticipées. En publiant régulièrement des « edits » de personnalités politiques de gauche, il a obtenu plus de 600 abonnés en seulement deux jours, avec certaines vidéos dépassant les 50 000 visionnages. 

Son objectif est clair : convaincre les jeunes de voter pour la gauche, en utilisant des contenus attractifs et rapides à consommer.

Un exemple marquant est une vidéo de Sébastien Delogu caressant un chaton ou participant à une manifestation, accompagnée d’une musique entraînante. L’idée est de rendre ces personnalités charismatiques et sympathiques, espérant ainsi attirer les jeunes électeurs.

Un nouveau type de tract numérique

Axel Beaussard, chroniqueur spécialisé dans les médias, décrit ces « edits » comme une sorte de « tract numérique ». Ces courtes vidéos inspirées de la K-pop mettent en avant le charisme et la beauté des élus. Avec son Discord « Gauche d’Internet », Axel souhaite rassembler les créateurs de contenu pour travailler sur l’image des candidats du Nouveau Front populaire. Ce forum permet de donner des outils aux créateurs qui souhaitent participer à la campagne.

Les Swifties francophones et d’autres groupes mobilisés

D’autres groupes se sont également formés pour soutenir cette initiative. Des comptes comme @gauchestanacc et @lavieestavous sur X recensent les montages et créent des « edits » de Sébastien Delogu et d’autres élus. Les Swifties francophones, fans de Taylor Swift, ont également rejoint cette tendance, montrant l’impact transversal de ces vidéos.

Pour Alexandre Eyries, enseignant-chercheur en sciences de l’information et de la communication, ce phénomène est typique de la culture numérique. Les jeunes maîtrisent ces codes et utilisent peu d’outils pour créer des contenus percutants.

La gauche répond à l’influenceur Jordan Bardella

Face à la montée en popularité de Jordan Bardella, qui maîtrise parfaitement les codes de l’influence sur les réseaux sociaux, les militants de gauche ont dû réagir rapidement. Cette tendance est une réponse à l’urgence de contrer cette popularité, explique Alexandre Eyries. Les partis de gauche ont pris conscience de leur retard en matière de communication digitale et ont décidé de se mobiliser.

Grâce à des initiatives comme le Discord « Gauche d’Internet », les militants créent des « edits » pour tous les candidats, même ceux qui ne maîtrisent pas ces codes. L’objectif est de rassembler et de créer une communauté autour de ces vidéos.

Les élus jouent le jeu

De plus en plus de candidats participent à cette tendance. Le député LFI Louis Boyard a célébré le passage du million d’abonnés sur son compte TikTok avec une vidéo où il boit un café. Sébastien Delogu, dont un « edit » a été diffusé sur les panneaux publicitaires de Times Square à New York, a promis de payer un kebab à l’auteur du meilleur « edit » sur son canal Instagram.

Il est intéressant de noter que la majorité des « edits » concernent des figures de LFI, comme David Guiraud ou Manon Aubry. Cependant, d’autres personnalités commencent à émerger, comme la sénatrice écologiste Mélanie Vogel ou le député Génération·s Sébastien Peytavie.

La beauté et le charisme en politique

Ces « edits » soulèvent une question importante : la séduction est-elle devenue plus importante que les idées en politique ? Virginie Spies, experte en communication, met en garde contre la peopolisation des politiques. Elle rappelle que le charisme et la beauté ont toujours joué un rôle en politique, citant des exemples comme JFK ou Jacques Chirac.

Cependant, les « edits » mettent davantage en avant le charisme que la beauté pure. Par exemple, François Ruffin est rendu « hyper sexy » grâce à ces vidéos, ce qui n’allait pas de soi initialement. Ces vidéos créent un capital sympathie non négligeable pour les candidats. Le charisme peut faire une grande différence dans les urnes, selon Alexandre Eyries.

L’information derrière les paillettes

Malgré l’aspect esthétique de ces vidéos, les créateurs d' »edits » souhaitent également informer les jeunes électeurs. Ils travaillent à clarifier les programmes et à débunker les désinformations courantes sur Internet. Par exemple, @Elisalagauchiste a créé un PDF accessible à tous, détaillant les votes du Rassemblement national qui vont à l’encontre des intérêts des Français.

Ces vidéos n’empêchent pas de consulter les programmes politiques. Virginie Spies souligne que, même si ces « edits » ne font pas une élection à eux seuls, ils constituent un atout supplémentaire. L’intelligence peut donc rendre « sexy » en politique.

Le nouveau visage de la mobilisation politique

Les « edits » politiques sur TikTok sont bien plus qu’un simple phénomène de mode. Ils représentent un nouveau moyen de communication, adapté à la culture numérique des jeunes.

En mettant en avant le charisme et la sympathie des candidats, ces vidéos attirent l’attention et suscitent l’engagement. Cependant, il est crucial de ne pas perdre de vue l’essentiel : les idées et les programmes politiques.

La séduction ne doit pas se substituer au débat de fond. TikTok, utilisé de manière stratégique, peut être un puissant levier pour mobiliser les jeunes électeurs et les inciter à s’intéresser à la politique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jusqu'au 27 Juillet -10% sur tout le site

X
0
    0
    Votre panier
    Votre panier est videRetourner à la boutique
    Contact par WhatsApp
    Contactez-nous
    Salut,
    Comment pouvons nous t'aider ?